Un accès plus aisé au code de la route - ARIADA

Parce que l’obtention du code de la route est une véritable pierre d’achoppement pour les sourds de naissance, l’ARIADA expérimente une formation traduite en Langue des signes française.

L’Association régionale pour l’insertion et l’accessibilité des déficients auditifs (ARIADA) a pour mission l’accompagnement des personnes sourdes. Accès à l’emploi et maintien dans l’emploi, aides techniques

« Nous intervenons sur toute la Normandie. La majeure partie de notre activité concerne l’insertion professionnelle des personnes sourdes de naissance, qui communiquent en Langue des signes française (LSF). Nous travaillons par conséquent avec différents partenaires : l’Agefiph, Pôle Emploi » souligne Olivier Bonnet, son directeur.

Un accès facilité au code de la route

Depuis sa création en 1997, l’ARIADA fait un constat : si la capacité à se déplacer seul ne pose pas de problème particulier pour une personne sourde, l’obtention du code de la route – qui conditionne donc l’obtention du permis de conduire – est, en revanche, un véritable obstacle. En effet, il existe une grosse différence entre le français et la LSF, notamment en termes de structures grammaticales. A cela s’ajoute la complexité du vocabulaire utilisé pour le code de la route et le fait que de nombreuses personnes sourdes sont en situation d’illettrisme.

Le constat, partagé par l’association l’Etape, qui comprend une auto-école sociale dédiée à des personnes en difficulté, a abouti à un projet de formation au code de la route pour des personnes sourdes ou malentendantes. Il vise à favoriser leur insertion professionnelle à les sortir de leur isolement.

 Des séances traduites en LSF

L’apprentissage du code de la route doit obligatoirement passer par la Langue des signes française, donc faire l’objet d’une traduction appropriée.

« Aujourd’hui, une personne sourde désireuse de passer le code doit avoir recours aux services d’un interprète individuel, en plus des frais d’inscription. Pour éviter ce problème, nous proposons des séances en petits groupes, 12 personnes maximum, animées par une monitrice de l’Etape, elle-même accompagnée par un interprète en LSF. Cette formation est dispensée au rythme de deux séances de deux heures par semaine, chaque séance étant consacrée à l’une des 36 thématiques du code de la route et à un test corrigé en seconde partie de cours. Pour nous, c’est une première et c’est très expérimental », note Olivier Bonnet.