Portrait de Fabienne, ambassadrice de CONNAISSENS

Fabienne Haustant, malvoyante, est ambassadrice du projet CONNAISSENS. Sa passion pour la musique et la danse, son désir de réaliser pleinement son rêve lui ont valu de créer une association « Danse les yeux fermés », un projet qui rassemble des personnes malvoyantes et voyantes.

Bonjour Fabienne, à quel âge votre handicap visuel s’est-il déclaré, comment avez-vous vécu cette étape de vie ?

C’’est à l’âge de 13 ans que l’on a décelé une rétinite pigmentaire qui est une dégénérescence lente du système rétinien. Une situation révélée par des difficultés scolaires accrues liées à la déficience visuelle. Je suis d’une nature optimiste, j’aime aller de l’avant et je ne voulais pas me couper d’une vie heureuse à cause de cette difficulté… Je voulais vivre comme les autres et j’ai refusé la posture de la victimisation et de l’isolement. Au contraire j’ai pris le contre pied pour aller dans le sens de l’épanouissement et de la réalisation de soi.

C’est grâce à la musique et la danse que vous avez pu trouver une belle énergie de vie en créant une association « Danse les yeux fermés » ?

Je suis née en dansant, j’ai toujours dansé et j’ai toujours eu un rapport fusionnel avec la musique qui est à la fois mon cœur et mon poumon. J’ai été danseuse professionnelle et chanteuse quand j’étais encore jeune. Plus tard, je cherchais des cours de danse sans trouver mon bonheur. En 2012, j’ai donc créée l’association « Danse les yeux fermés » pour faire partager et transmettre ma passion à des personnes malvoyantes et également voyantes. L’idée est de se faire plaisir dans une atmosphère de bienveillance et de détente.

Pourquoi les yeux fermés ?

Danser avec un bandeau multiplie les sensations de libération et de légèreté et permet également de découvrir de nouvelles émotions. Rien à voir avec une démarche thérapeutique, seulement un moyen de se retrouver en harmonie avec soi-même et de retrouver estime de soi et confiance en soi. Nous travaillons sur des exercices d’improvisation chorégraphiques ; il n’y a aucun regard discriminant entre nous qui que nous soyons : jeunes en difficulté, autistes, personnes en fauteuil roulant, voyants et non-voyants. Danser les yeux fermés permet de tisser des liens de communication forts entre nous. La malvoyance est une situation trouble ; en dansant les yeux fermés on retrouve ce qu’on a perdu, on ne voit rien et on se sent bien.

Pourquoi vous êtes-vous engagée sur le projet CONNAISSENS ?

C’est un superbe projet qui est très pédagogique pour le grand public. Le design de l’exposition est magnifique et l’ensemble de la démarche a été plébiscitée par de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux. L’encadrement est très professionnel et à titre personnel, je suis très fière d’être ambassadrice d’un événement qui prend le contre pied d’une vision misérabiliste du handicap. Bien au contraire, l’ensemble du projet est très positif et optimiste. Ça correspond bien à mon tempérament. CONNAISSENS répond de manière lumineuse à des questions importantes mais souvent méconnues sur le handicap sensoriel et permet de briser des idées reçues et des préjugés sur le handicap.

Crédits photos : Steve Wells ; Rémi Cluzeau