Cathy Capou de l’UNASS, partenaire de CONNAISSENS

Cathy CAPOU est passionnée par les échanges humains, le secourisme et la pédagogie. Elle a choisi de partager ses compétences en devenant formatrice puis formatrice de formateurs au sein de l’Union Nationale des Associations de Secouristes et Sauveteurs (UNASS). A la demande du président national de l’UNASS, Jean-Luc Buccino, elle a accepté le défi de rendre les formations aux gestes qui sauvent accessibles aux déficients auditifs et visuels dans le cadre du projet CONNAISSENS.

Cathy Capou

Cathy Capou, vous faites partie du comité de direction de l’UNASS (Union Nationale des Associations de Secouristes et Sauveteurs), et vous y êtes formatrice de formateurs. Qu’est-ce qui vous a motivé pour rejoindre cette structure ?

J’ai découvert l’UNASS lors de ma formation aux premiers secours. Mon formateur et ami, Michel, a su me transmettre sa passion pour le secourisme. Il m’a encouragé dans mes décisions de devenir formateur puis formateur de formateurs et membre du conseil d’administration de l’UNASS. Nous partageons les mêmes valeurs : l’altruisme, le partage du savoir, la solidarité envers les plus démunis.

Membre du conseil d’administration national, je participe aux décisions stratégiques concernant l’avenir de l’association. Je m’investis également dans l’ingénierie pédagogique et le soutien aux formateurs. Grace à la confiance accordée par l’UNASS, je m’épanouie dans les diverses formations y compris celles de formateurs.

L’état d’esprit de l’UNASS demeure la véritable force collective avec l’appui efficace et de tous les instants de son président, Jean Luc Buccino. Les intérêts personnels et particuliers n’y ont pas leur place.

Quels sont les enjeux et les valeurs portés par l’UNASS ?

Notre président fondateur Emile Rouvière affirmait en 1966 que le premier geste social est de SAUVER LA VIE.

L’UNASS est un organisme de formation agréé qui est fortement impliqué dans la formation professionnelle ; l’initiation et la formation du grand public ; la formation au secourisme opérationnel.

L’UNASS est en capacité de répondre à des besoins spécifiques, en proposant des solutions sur mesure comme nous l’avons fait pour les formations aux premiers secours accessibles aux déficients sensoriels.

Elle est également très active dans la couverture secouriste d’évènements sportifs, culturels, humanitaires. Elle intervient dans le cadre des plans d’aide à la population déployés par les préfectures lors de catastrophes naturelles, climatiques ou attentats.

Sauver des vies, venir en aide chaque jour aux autres est une mission que nous accomplissons de manière très engagée. Etre sauveteur secouriste nécessite de grandes qualités : abnégation, solidarité, altruisme, implication, engagement sans faille.

L’UNASS, c’est aussi la solidarité envers les plus démunis, au Togo, Cameroun, Maroc, Côte d’Ivoire… à l’aide de formation et d’équipement en matériel mais aussi envers toute personne exclue de la société pour une déficience sensorielle ou un autre motif.

CONNAISSENS s’inscrit dans ces valeurs d’entraide, de partage de compétence et de promotion de la citoyenneté et de solidarité.

L’UNASS est partenaire du projet CONNAISSENS et vous portez ce projet. Vous dispensez la formation aux gestes de premiers secours, rendue accessible aux personnes déficientes sensorielles. Quelle approche aviez-vous du handicap avant ce partenariat ? Que représente, pour vous ce projet et cette collaboration ?

J’ai toujours respecté les personnes souffrant d’un handicap et j’aurais tant aimé les aider mais je ne savais pas comment les aborder. Je me sentais frustrée car inutile. Mes compétences envers le handicap étaient « déficientes ».

Aujourd’hui, grâce au projet CONNAISSENS et à la Fondation Harmonie Solidarités, j’ai rencontré des experts du domaine du handicap, E&H LAB et, lors de nos formations pilotes, les ambassadrices du projet qui sont déficientes sensorielles.

La clé de la réussite pour instaurer un dialogue est le naturel. Ces personnes souffrant de déficience auditive ou visuelle sont simples et animées de joie de vivre. Elles font preuve d’une motivation non mesurable à participer à ce qu’elles définissent comme un devoir citoyen : « sauver une vie ». Mais ces formations leur étaient interdites de par leur handicap. Paradoxalement, la France compte seulement 20 % de secouristes. Leur humour a facilité une ambiance sereine malgré l’intensité du programme car seule la durée et les techniques pédagogiques sont adaptées. Le contenu reste celui du PSC1 selon les recommandations du Ministère de l’Intérieur et cette formation est diplômante.

Ce projet CONNAISSENS est un défi et je mets tout en œuvre pour le réussir en y associant mes passions (le secourisme, la pédagogie, l’échange humain). Au gré des formations, j’adapte le déroulé pédagogique en tenant compte des remarques des participants, des accompagnateurs d’E&H LAB et d’Harmonie Solidarités et des formateurs, et les supports pédagogiques évoluent.

Je rencontre des personnes formidables qui, un jour, sauveront une vie, la vôtre ou la mienne. Ce projet rétablit l’égalité des chances, la formation pour tous, l’utilité de chacun dans la société.

Acceptons la différence !