Des experts engagés

Afin de bénéficier d’une expertise complémentaire dans ses domaines d’intervention, la Fondation sollicite l’avis de personnes qualifiées. Ces experts conseils, à la fois spécialistes et acteurs de terrain, s’engagent au quotidien auprès des organismes soutenus.

Jeanne Meyer

Médecin de santé publique spécialisée dans le domaine de la pédiatrie sociale (approche de l’enfant dans tous ses environnements), Jeanne Meyer est secrétaire générale de la Fondation Harmonie Solidarités et préside l’IREPS Lorraine (Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé).

J’ai participé aux travaux de l’ex-Fondation Prévadiès depuis sa création, en 1998, juste après la loi d’orientation de lutte contre les exclusions de juillet. Nous soutenions alors un ensemble d’actions sur cette thématique sur un périmètre très large qui a aujourd’hui été circonscrit à la déficience sensorielle visuelle et auditive. De par mon expérience et mon engagement dans le domaine de la promotion de la santé, j’interviens en amont, sur les sujets liés à la prévention, au dépistage de la surdité et des troubles visuels chez les enfants, ce qui reste complexe. J’apporte un éclairage supplémentaire sur les dossiers présentés, je vérifie la pertinence du besoin exprimé. Je participe aussi à la définition de l’appel à projets lancé par la Fondation. Il est indispensable de bien préciser l’objectif poursuivi, de s’assurer de sa cohérence avec les attentes des personnes et de mettre en place des moyens d’évaluation adéquats.

 

Pierre-Yves Tréhin

Président de l’ONG Essentiel, Pierre-Yves Tréhin préside aussi les Capucins d’Angers, un centre de réadaptation spécialisée et de soins de longue durée.

Créée en 1992, l’ONG Essentiel a pour mission de favoriser l’accès à la santé des populations selon deux axes : agir pour un monde plus juste, faire du droit à la santé un droit essentiel, d’où, d’ailleurs, le nom de l’ONG. Nos valeurs fondatrices rejoignent celles de la mutualité : solidarité et démocratie, respect de l’autonomie, réciprocité des partenariats… Dans les années 90, nous avons d’abord financé des centres de soins et développé un programme d’appui à la mise en place de mutuelles de santé en Guinée. Depuis quelques années, nous intervenons dans une logique communautaire : nous privilégions l’accompagnement d’acteurs locaux existants (associations de paysans, de femmes…) afin de garantir l’autonomie de nos partenaires. Nous participons aussi, pour le compte du ministère de la santé guinéen, au plan national de développement sanitaire, ainsi qu’au développement de centres de soins associatifs avec des associations de médecins locales. Membre du conseil d’administration de la Fondation, l’ONG Essentiel anime la plateforme de projets à l’international des structures gérant des services de soins et d’accompagnement mutualistes au sein du groupe Harmonie. Nos objectifs : capitaliser sur ce qui est fait, mutualiser nos expériences, conférer un ancrage communautaire et mutualiste à nos actions…  

Francis Guiteau

Directeur général de la Mutualité française Anjou Mayenne (MFAM), Francis Guiteau est aussi secrétaire général de la Fédération pour l’Insertion des personnes sourdes et des personnes aveugles (FISAF).

 Au sein du mouvement mutualiste, la Mutualité française Anjou Mayenne incarne une spécialité : celle de la déficience sensorielle visuelle et auditive. D’abord gestionnaire d’établissements pour enfants sourds et aveugles, la MFAM a en effet développé des établissements de soins de suite et de réadaptation pour tous les âges de la vie, et notamment les adultes qui deviennent déficients visuels et auditifs. Le centre régional basse vision a ainsi été créé en 2003 à Angers. Ouvert en 2009, le centre d’évaluation et de rééducation des troubles de l’audition offre une réponse aux personnes adultes déficientes auditives. Chaque année, quelque 800 déficients sensoriels passent par ces centres. Leurs capacités disponibles sont évaluées avec précision, des solutions imaginées pour les exploiter différemment… Les gens en ressortent dynamisés, ils retrouvent autonomie et vie sociale… Notre expérience témoigne de l’utilité et de la pertinence de cette démarche de rééducation et d’adaptation de l’environnement. Un message à faire passer largement. En France, nous avons trop longtemps considéré qu’on ne pouvait pas agir sur ce type de handicap et nous avons beaucoup de retard à combler.